Ilios

"Sois heureux un instant, cet instant c'est ta vie"

Omar Khayyâm

Archive du blog pour décembre 2016

Blog transparent
27 DéCEMBRE 2016

Download5

 

« Accomplis ta tâche puis fais un pas en arrière. C'est le seul chemin qui conduise à la sérénité. » Lao Tseu

Lorsque nous nous engageons dans une activité ou un nouveau projet, c’est souvent « pour » quelque chose. Nous faisons du sport pour être en meilleure forme, ou pour gagner, lançons une nouvelle activité pour atteindre un but, récolter l’admiration des autres. Bien évidemment, avoir des objectifs est nécessaire pour continuer à se
mettre en mouvement, à avancer. Cependant, être excessivement, voire uniquement, attachés au résultat peut avoir des conséquences indésirables. La première, c’est le stress que nos exigences nous imposent. La deuxième, c’est le risque d’être déçus si le plan ne se déroule pas comme prévu. La troisième est que, trop obsédés par le résultat, nous risquons de passer à côté de la joie, de la satisfaction que l’expérience en elle-même peut nous procurer. 
Je pense à ces automobilistes qui laissent passer les piétons, puis s’énervent parce qu’ils ne reçoivent pas de merci. Faire et puis abandonner…
Quelle serait l’alternative ? Reconnaître que nous n’avons pas le contrôle sur tout, et qu’en réalité, nous ne pouvons pas faire plus que de notre mieux. En d’autres mots, il s’agit d’essayer de ne pas se fixer sur le résultat une fois que nous nous sommes mis en route, au risque sinon de ne pas être en mesure de pleinement apprécier le chemin. D’une certaine manière, faire ce pas en arrière, c’est oser faire confiance à la vie, sans résignation mais avec acceptation. Réaliser au plus profond de nous que nous ne contrôlons pas grand chose du mystère de la vie et en savourer tous les ingrédients. 


Blog transparent
22 DéCEMBRE 2016

Buddha 1279570 960 720

 

«On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu'une» Confucius 

Ne vivons nous pas trop souvent comme si nous étions immortels, en consacrant beaucoup de temps et d’énergie à ce qui, à l’échelle de notre vie, ne représente qu’un détail, et en tous cas pas l’essentiel ? Entre prises de tête pour des broutilles, délais professionnels impossibles à tenir, projets et exigences d’un quotidien bien rempli, on pourrait bien risquer de passer à côté de ce qui compte vraiment...
Penser à la mort, et en particulier à la nôtre, c'est le genre de chose qu'on essaie d'éviter, d’oublier. Dans la Grèce Antique, les philosophes proposaient à leurs élèves d’y penser quotidiennement. Sans tomber dans le morbide, se rappeler que nous ne faisons que passer, n’est ce pas un bon moyen d’être pleinement présents à notre vie et de célébrer tout ce qu’elle a à nous offrir ? Avec cette conscience aigue de la valeur de l’instant présent, on savourera d’autant mieux les petits bonheurs quotidiens, on se rappellera de dire aux gens qu’on aime qu’on les aime...
Savoir que la durée de notre présence sur terre est incertaine nous permet de mieux en goûter chaque moment et de revenir à l'essentiel. Conscients de la fragilité de la vie, nous arriverons mieux à relativiser ce qui nous arrive et à prendre du recul face aux contrariétés, difficultés et drames qui jalonnent et bousculent notre existence.