Ilios

"Sois heureux un instant, cet instant c'est ta vie"

Omar Khayyâm


Img5423net

"Il y a de la boue, tant de boue qu’il faut avoir un soleil intérieur accroché entre les côtes si l’on veut éviter d’en être psychologiquement victime." Etty Hillesum

Dans les moments de violences, de tristesses, de haines, cultivons ces soleils intérieurs pour prendre soin de la communauté, du lien, de l'entraide, de la joie, de la paix, de l'amour.

lire la suite


Souffle

Notre respiration est un très bon moyen de revenir au présent. Toujours au rendez-vous, depuis notre premier cri jusqu'à notre dernier souffle. Elle varie avec notre humeur: plus ample ou plus saccadée, plus lente ou plus rapide, selon notre degré de détente ou de stress. Se concentrer sur notre respiration, c'est se plonger dans l'ici et maintenant. (Petit cahier d'exercices de pleine conscience)

lire la suite


Coeur rouge le premier e1448958223353 570x350

"Commence déjà à être l’ami de toi-même : tu ne sera jamais seul". Sénèque

Je vous invite à (re)lire ce petit billet sur la bienveillance envers nous-mêmes.

Belle fin de semaine à toutes et tous !

lire la suite


18057897 1649278895101209 839877070281256548 n

"Il faudrait se lever tous les jours avec un sentiment d'espoir et que la journée se termine avec l'impression d'un progrès." Yehudi Menuhin

Souvenir d'un moment de méditation et musique à Paris, lors du festival d'hommage à Yehudi Menuhin, que j'ai eu la chance de partager avec Lilit Grigoryan, membre de Partitura.

Belle journée à toutes et tous,

lire la suite


Happiness

« Tout le bonheur du monde est dans l’inattendu », d’Ormesson

Chacun d’entre nous a sa propre vision du bonheur. Liée tant à notre contexte culturel qu’à notre éducation et influencée par nos expériences de vie, cette représentation crée des attentes en nous, irréelles, qui risquent bien souvent d’être déçues. En effet, la vie se déroule rarement comme le scénario que nous nous sommes inventés. Ce qui devrait immanquablement nous rendre heureux en rêve nous ravit rarement dans la réalité, et vice et versa. Autre souci de ces constructions imaginaires : elles nous coupent du moment présent. Nous sommes tellement focalisés sur ce que notre tête nous raconte (comment les choses devraient se passer) que l’on peut passer à côté de ce qui se passe en réalité dans notre vie
C’est ce qui explique en partie pourquoi on a souvent l’impression de mieux profiter, et de garder de meilleurs souvenirs, de rencontres inattendues plutôt que de moments organisés.
La chance au hasard ? Pas uniquement. Ce qui est inattendu est, par définition, davantage savouré d’un oeil neuf. Comment vivre au présent et aborder nos relations avec l’esprit du débutant, dans l’optique d’une « première fois »? Cette manière de s’ouvrir à la vie telle qu’elle s’offre à nous, en acceptant que l’on ne contrôle pas tout, nous permet de nous laisser surprendre par la magie de l’instant. Magie qui peut dès lors illuminer n’importe quel moment ordinaire de notre quotidien.

(ce billet a initialement été publié dans Gael)

lire la suite


Broccoli
Cultiver l'abandon
07 February 2017

 

« La cuisine, c’est comme l’amour, on y pénètre avec abandon ou pas du tout.”, de Harriet Van Horne

Pour certain(e)s, la cuisine au quotidien est un véritable fardeau ; pour d’autres une fête, voire une passion. Comment expliquer cela, au-delà bien sûr de nos préférences et aspirations individuelles ? Est-ce parce qu’elle nous demande du temps (dont on ne dispose pas toujours dans nos marathons quotidiens) ? Est-ce parce que cette activité requiert des habiletés et nous met dès lors face à nos apprentissages toujours à perpétuer ?
C’est à mon sens, une fois de plus, l’attitude intérieure qui est en mesure de tout changer. Comme dans beaucoup d’activités du quotidien, dans notre vie qui pour beaucoup est une routine par moments indigeste et stressante, la clé ne résiderait-elle pas dans le fait de s’aventurer chaque matin, à chaque pas, à chaque repas, dans l’inconnu ? Laisser les attentes au vestiaire et surtout, (re)donner toute la place à notre imagination pour qu’à partir d’ingrédients habituels se dessinent mille nouvelles recettes. Comme en amour, nos attentes nous tendent de sacrés pièges derrière les fourneaux : envie de revivre une sensation connue, de faire plaisir, de ne pas décevoir,… Quand nous l’utilisons mal notre mémoire risque de nous faire souffrir et de nous faire passer à côté de toutes les bonnes surprises du présent en ne nous laissant voir la vie qu’à travers le filtre de nos constructions mentales (peurs, désirs,…) Dès lors, cultiver une forme d’abandon nous propose de simplement goûter ce qui est là, avec une réelle curiosité, un œil nouveau, frais, accueillant. 
Cultiver l’abandon, c’est également consentir à une joyeuse imperfection : nous ne sera pas exactement comme nous l’avons imaginé, nous raterons nos recettes, pour mieux recommencer et pour réussir des plats aux saveurs improbables et incroyables. Ne nous contentons pas de la recette des habitudes, tentons du mieux que nous le pouvons de nous ouvrir à la magie de ce que chaque contexte, chaque moment peut amener d’étonnant, pour peu que nous soyons vraiment présents. Avec beaucoup de douceur et sans nous mettre la barre trop haut, évidemment !

Belle semaine à toutes et tous ! :)

(cette chronique a initialement été publiée dans la revue Gael)

lire la suite


Logo vignette

"Moins vous acceptez vos limites, plus vous êtes prisonniers !" Christophe André

Je vous propose de lire ou redécouvrir, en suivant ce lien, un de mes billets écrits pour Psychologies Magazine sur le thème de "Un mois pour reprendre le contrôle".

Bonne lecture !

lire la suite


Voir tous les billets

Mon livre "Eloge de la lucidité" vient de sortir en poche chez Marabout. Pour ne plus ne plus rêver ou attendre le bonheur, mais apprendre à plutôt l’aimer et le faciliter.